«

»

Alain Clayes n’a pas le monopole des valeurs républicaines

Dans l’article du 1er février, présentant sa liste et paru dans la Nouvelle République, le candidat PS Alain Claeys conclut en expliquant que ses adversaires sont « l’abstention et ceux qui mettent en doute les valeurs républicaines« .

Sachant décrypter la sémantique de l’UMPS, nous comprenons bien que le candidat sortant fait allusion à la liste du Rassemblement Bleu Marine conduite par Alain Verdin.

Nous demandons avec insistance au candidat du PS en quoi, selon lui, le Rassemblement Bleu Marine met en doute les valeurs républicaines.

Le Front National, principale composante de cette plateforme électorale RBM, s’est toujours présenté de façon démocratique devant les électeurs.

municipales-2014-fn-rbm

Il a toujours accepté les résultats des élections, même quand l’évidence démontrait que l’équité de la représentation démocratique n’était pas respectée (notamment à l’Assemblée Nationale, où 2 députés du RBM représentent 18% des électeurs, quand d’autres formations politiques pesant moins de 5% peuvent constituer des groupes parlementaires).

Le Front National a-t-il jamais mis en péril les fondements de la République ? Nous attendons d’Alain Claeys une réponse claire à cette question.

Dans la Nouvelle République du 19 décembre 2013, Alain Claeys assurait que ses adversaires n’étaient pas « des ennemis« , et qu’il était « très respectueux à leur égard« .

Quand on sous-entend que son adversaire met en doute les valeurs de la République, en quoi fait-on preuve de respect à son égard ?

Cette manoeuvre grossière, consistant à s’autoproclamer champion du respect tout en accusant ses adversaires des pires intentions, ne trompe personne et ne va certainement pas dans le sens de la « France apaisée« .

Par ailleurs, Alain Claeys, qui semble avoir bénéficié d’une tribune libre à la conclusion de l’article de la Nouvelle République du 29 janvier dernier consacré à la venue de Marine Le Pen à Poitiers, explique doctement que l’attitude du FN « consiste à alimenter les peurs des concitoyens en les exagérant, à proposer d’illusoires lignes Maginot, à désigner des boucs émissaires naturellement coupables de tous nos maux« .

Comment ne pas y voir sa propre attitude à l’égard de notre mouvement, quand on le voit agiter de la sorte le chiffon de l’anti-républicanisme pour effrayer les électeurs ? Qu’Alain Claeys se rassure, nous accepterons le 30 mars le verdict des urnes comme n’importe quel autre parti républicain et ne mettrons en péril ni la tenue du scrutin ni la tranquillité de nos concitoyens.

Forts de cet engagement solennel qui selon nous va de soi, nous attendons maintenant d’Alain Claeys qu’il prenne position au sujet de la manoeuvre scandaleuse de sa camarade de parti Mme Taubira, visant à muter le procureur général de Paris pour cause de « sensibilité politique » divergente.

Car les valeurs de la République, qu’il est si prompt à énoncer en toutes circonstances, c’est aussi de garantir l’indépendance de la Justice vis-à-vis du pouvoir politique. 

L’équipe de campagne

Lien Permanent pour cet article : http://www.frontnational86.fr/alain-clayes-na-pas-le-monopole-des-valeurs-republicaines/