«

»

Châtellerault : un racisme que les « anti-racistes » ne veulent pas voir

Voilà le message fort sympathique que les habitants de Châtellerault ont pu lire pendant trois semaines en allant faire leurs courses dans le quartier commercial au nord de la ville.

Cette photo a été prise le 20 janvier 2012 dans la zone artisanale Nord, entre Intermarché, Go Sport et Décathlon. L’inscription a été effacée dans les derniers jours de janvier, après être restée en place pendant trois semaines.

Cette photo a été prise le 20 janvier 2012 dans la zone artisanale Nord, entre Intermarché, Go Sport et Décathlon. L’inscription a été effacée dans les derniers jours de janvier, après être restée en place pendant trois semaines.

« Mort aux arabes » ou « Mort aux noirs », ce sont des propos incontestablement racistes. Que les associations comme SOS Racisme, le Mrap, le Cran, la Ligue des Droits de l’Homme, la Licra…portent systématiquement plainte contre de tels propos, cela se comprend, et si elles obtiennent presque toujours gain de cause, tant mieux ! Mais que font-elles contre les individus qui écrivent « MORT AUX BLANCS », ou « Mort aux Français » (inscription vue dans la même zone) ?

Rien ! Absolument rien !

A croire que le racisme anti-blancs n’existe pas en France ?

Les  « Blancs » victimes de racisme ?

À en croire Houria Bouteldja, c’est impossible ! Houria Bouteldja est (avec Tariq Ramadan) l’une des fondatrices du mouvement Les Indigènes de la République dont elle est aussi la porte parole. Ce mouvement, issu d’Une école pour tous, fut créé après le vote de la loi de 2004 contre les signes religieux à l’école. Ses leaders qualifiaient alors cette loi de « néo-coloniale ».

Officiellement l’objectif des Indigènes de la République est de lutter contre les discriminations, en particulier de race et de religion. La réalité est plus complexe. Il suffit d’écouter cette intervention d’Houria Boutelja, à partir de 5,14 minutes. Elle appelle tout simplement à de nouvelles émeutes dans les banlieues et à un « printemps arabe » en France.

http://www.youtube.com/watch?v=S7LAtgOVvsw&feature=related

C’est en tant que porte parole des indigènes de la République, devenu à présent un parti, que Houria Bouteldja est fréquemment l’invitée des médias.

Alors qu’elle participait à un débat organisé par Frédéric Taddéï, dans Ce soir ou jamais, elle a qualifié les Français de souche de « souchiens » ou « sous-chiens » (?), l’ambigüité n’étant pas involontaire.

Ce qualificatif de « sous-chien » lui a valu un procès de la part de l’Agrif (Alliance générale contre le racisme et pour le respect de l’identité française et chrétienne), procès qui s’est conclu par un acquittement le 25 janvier dernier. L’Agrif fait appel de cette décision.

Le journal en ligne Riposte laïque nous propose une excellente analyse des attendus de ce procès, que vous trouverez ici.

Dans notre beau pays de France, le délit de racisme existe bien, mais il est à sens unique. Car pour les organisations anti-racistes, menacer de mort les Blancs ou les Français, ce n’est pas du racisme, ce n’est pas de l’incitation à la haine, ce serait plutôt l’expression d’une révolte contre les injustices de la société.  Comment, avec de tels arguments, ne pas craindre le pire pour les années à venir ?

Cyprien

Lien Permanent pour cet article : http://www.frontnational86.fr/chatellerault-un-racisme-que-les-anti-racistes-ne-veulent-pas-voir/