«

»

Comment le FN peut être privé de sa victoire.

Les derniers sondages relatif au FN et à son incapacité à concrétiser ses très bons résultats des premiers tours des dernières élections viennent ouvrir une de ses longues périodes électorales qui occupent l’espace médiatique pour mieux occulter le marasme économique.

 fn-flamme

Le système se doit d’expliquer comment le FN , majoritaire en suffrages exprimés, est privé de la représentation de près d’un tiers des français.

 

Les sondages viennent alors expliquer que ces français, qui votent majoritairement pour lui au premier tour, sont schizophrènes et ne lui font pas confiance lorsqu’il s’agit  de lui confier le pouvoir au deuxième tour.

 

En réalité ce paradoxe est parfaitement connu des politologues sous le nom du « paradoxe Condorcet[1] » il est lié au mode de scrutin uninominal à deux tours.

 

Ce mode de scrutin, couplé au découpage électoral concocté par Charles Pasqua et globalement conservé par la gauche, n’est pas infaillible, mais il permet aux partis « officiels » de se donner le plus de chance de se partager le pouvoir dans une alternance illusoire.

 

Les accords électoraux font le reste qui permettent aux partis fantoches tels les Verts, le PC ou le Mouvement démocrate de l’inénarrable François Bayrou, d’obtenir plus de sièges que ne leur permettraient les suffrages obtenus d’où leur modération à réclamer la proportionnelle.

 

L’accord entre Sarkozy et Hollande au sujet de la déchéance de nationalité pourrait ainsi annoncer une position commune qui les sortirait de l’impasse des primaires auxquelles ni l’un ni l’autre ne veut se soumettre.

 

Leur pari est qu’au troisième temps de cette valse ,  le « tout sauf  Marine »  assurera la victoire au candidat le « moins dangereux ».

 

Gageons que l’habileté politique finira par  dessiller les yeux des Français et nous réservera une bonne surprise.

[1]    Condorcet révolutionnaire cher à la gauche et à M et Mme Badinter qui lui ont consacré un de leurs ouvrages : Condorcet: Un intellectuel en politique (1743-1794) . La Convention nationale ordonne son arrestation en 1793, et emprisonné en 1794, on le trouve mort dans sa cellule deux jours après son incarcération.

L’équipe du Front National de la Vienne

Lien Permanent pour cet article : http://www.frontnational86.fr/comment-le-fn-peut-etre-prive-de-sa-victoire/