«

»

Dérives de l’ex-Région Poitou-Charentes : un véritable gouffre financier !

Après la révélation des dérives financières de l’ex-Poitou-Charentes par la presse régionale, l’ardoise de 131,9 millions d’euros héritée de l’ex-Région n’était pas tout à fait due au hasard.

jean-francois-macaire-a-succede-a-segolene-royal-a-la_3719014_1000x500

La presse régionale ayant eu accès à des notes internes et de mails révélant les dérives financières, il apparaissait que ces dérives financières s’inscrivaient dans un système de sous-budgétisation et de report volontaire des dépenses.

En effet le caractère du système organisé atteste clairement qu’une grande partie des dépenses annuelles étaient reportées sur l’exercice budgétaire suivant, soit l’équivalent  d’un cinquième du budget de l’année passée (N-1).

132 millions d’euros de dettes,  emprunts dits structurés, parfois toxiques ou très toxiques à des taux allant jusqu’à 25%  dont 86 millions de dettes sont encore en suspend.  Certains remontent à 2008, sous la Présidence de Région de Madame Ségolène Royal. On nous gavait à l’époque de faire des économies par la fusion des régions, une réforme qui a permis au moins de découvrir la gabegie financière laissée par Madame Royal et Monsieur Macaire, gestionnaires de l’ex-région Poitou Charentes.

Alain Rousset, le Président de la région « Nouvelle Aquitaine » était-il au courant ? on  nous dit qu’il est guidé par un souci d’extrême rigueur. Nous sommes sérieusement en droit de nous en poser la question. Comment croire que l’ex-Président de Poitou Charentes ait pu cacher la réalité à Alain Rousset qui affirme tout  ignorer de la situation jusqu’à ce jour ? 

Comble de l’absurde, Jean-François Macaire président de l’ex région  Poitou-Charentes, avait annoncé à l’époque qu’il trouverait des solutions et avait créé des nouvelles taxes pour combler ce trou financier.

La Loi NOTRE et la fusion des régions apparaissent finalement aujourd’hui comme une belle aubaine pour gommer cette piètre gestion socialiste de l’ex région Poitou-Charente.

On avait connu les aides régionales englouties dans la faillite d’Heuliez et la voiture électrique MIA si chère à Ségolène Royal alors qu’elle était Présidente de la Région Poitou Charentes .

On avait connu la gabegie du projet de l’ECOTAXE et les fameux « portails » qu’il a fallu démonter après la révolte des bonnets rouges dont le coût s’est élevé à plus d’un milliard d’euros à la collectivité.

Que pèse un « trou de 130 millions d’euros supplémentaires, au regard des 839 millions d’euros  d’indemnisation que l’état français a dû verser à ECOMOUV après rupture du contrat public ?

Que pèsent pour une Ministre de l’écologie et son remplaçant Président de région, tous deux socialistes – les 220 salariés d’ ECOMOUV renvoyés directement à Pôle emploi ?.. Pas assez lourd sans doute, puisqu’en dépit de ce triste bilan Madame Royal pour sa défense déclarait dans les médias avoir été victime d’un règlement de compte. 

Faut il en déduire qu’aujourd’hui qu’une nouvelle guerre féodale vient de débuter, entre la Baronne du Poitou qui refuse d’assumer ses dépenses et le Duc d’Aquitaine qui va devoir les faire payer ?

Sans aucun doute, c’est bien les habitants de la nouvelle région « Nouvelle Aquitaine » qui vont payer l’ardoise !

Alain VERDIN

Conseiller Régional Nouvelle Aquitaine.

Conseiller Municipal à Poitiers.

Arnaud FAGE

Responsable Première circonscription de la Vienne.

Responsable Front National Jeunesse de la Vienne.

Lien Permanent pour cet article : http://www.frontnational86.fr/derives-de-lex-region-poitou-charentes-un-veritable-gouffre-financier/