«

»

Désillusion et colère des migrants à Loudun !

On apprend par voie de presse que les demandeurs d’asile arrivés à Loudun depuis le 1er Septembre 2015 manifestent et se plaignent de ne pas avoir touché d’aides financières depuis leur arrivée et menacent de quitter le centre d’accueil.

http://www.lanouvellerepublique.fr/var/nrv2/storage/images/contenus/articles/2015/09/03/90-ou-300-migrants-a-loudun-2450686/45180020-1-fre-FR/90-ou-300-migrants-a-Loudun_reference.jpg

Une banderole a été exposée ou l’on pouvait lire « Nous demandons nos droits de réfugiés et le changement de la direction Adoma », est-il écrit à la peinture rouge.

Après avoir fait espérer et encouragés tous ces migrants au péril de leur vie à traverser la méditerranée et par la même occasion alimenter un réseau de passeurs d’être humains, voilà qu’on leur ferme le robinet de la pompe aspirante des différentes aides sociales.

Bien triste réalité de constater que les autorités publiques et politiques du pouvoir en place sont dépassées par les événements et piégées par leur idéologie du bien vivre ensemble, voilà qu’ils se heurtent à une impasse d’avoir imposer des nouveaux locataires aux Loudunais.

Dans l’espoir que Loudun ne devienne pas une deuxième jungle de calais, le Front National de la Vienne tient à dénoncer l’attitude de ces grands moralistes qui ont préféré s’occuper d’abord des autres avant même de prêter attention aux cris des habitants de Loudun.

Les réfugiés ayant obtenu l’asile politique ne font que s’additionner aux nombreux bénéficiaires du RSA et alourdissent les rangs des demandeurs d’emploi déjà bien remplis dans notre pays (6 millions de chômeurs et 9 millions de pauvres en situation de grande précarité).  

Dans le contexte d’un chômage en forte croissance, d’une économie sinistrée, des ménages qui sombrent en grand nombre dans la précarité, il est imposé aux français une situation dont il leur faudra payer encore et encore le prix fort.

Nos dirigeants ne sont-ils pas coupables d’adhérer les yeux fermés aux injonctions de Mme Merkel et aux velléités de l’Union européenne ?

En matière d’immigration cela représente un coût important pour la communauté nationale, évaluée à 70 milliards d’euros par an par le démographe et économiste Yves-Marie Laulan.

Au Front National, nous défendons le principe cohérent de priorité nationale, qui se résume en une expression « Les nôtres avant les autres « .

Alain VERDIN

Conseiller Régional

Région Aquitaine – Poitou-Charentes – Limousin

Conseiller Municipal à Poitiers

 

Arnaud FAGE

Responsable Première circonscription de la Vienne.

Lien Permanent pour cet article : http://www.frontnational86.fr/desillusion-et-colere-des-migrants-a-loudun/