«

»

Dictée quotidienne : le gros mensonge de la ministre. 

Najat Vallaud-Belkacem habile communicante a fait croire qu’elle souhaitait revenir à l’enseignement des fondamentaux avec le retour de la « dictée quotidienne et obligatoire » à l’école.

059413_154238.54

Ce fut qu’une diversion car dans la nouvelle version des programmes scolaires nulle mention n’est faite de cette dictée.

Elle citait qu’il ne s’agissait en aucun cas d’une dictée formelle mais que l’enseignant devait dicter aux élèves un énoncé d’exercice pour que le contrat soit rempli.

Par exemple prenez une feuille de papier, additionnez  2+2  et la dictée est finie. Elle ne sera ni corrigée ni notée pour ne stigmatiser personne.

Tout le monde a été dupé espérant un retour au bon sens et celui des pédagogies ayant fait leurs preuves.

D’ailleurs le mot dictée n’est prononcé que 6 fois sur  les 375 pages du nouveau programme scolaire.

De plus à quoi servirait une dictée sans en accompagner l’enseignement de l’orthographe et de la grammaire. Les programmes nous invitent à nous contenter d’une forme de « vigilance orthographique »

Si la grammaire fait son retour dans les textes officiels c’est une nouvelle fois détourné mais le délire de Roland BARTHE était d’accuser la langue d’être fasciste avec une grammaire qu’on imposait à l’enfant et les nouveaux programmes continuent à se situer dans l’utopie constructive.

C’est pourquoi Il n’est plus question de leçons de grammaire et encore moins d’apprentissage de certaines règles.

L’élève doit tirer seul les règles dont il a besoin pour écrire correctement le français.

Rien n’a changé sauf que le niveau scolaire s’est effondré.

La réforme du collège, sous la conduite de la Ministre s’est transformée en véritable entreprise de démolition.

 

Alain VERDIN

Secrétaire Départemental FN 86

Lien Permanent pour cet article : http://www.frontnational86.fr/dictee-quotidienne-le-gros-mensonge-de-la-ministre/