«

»

Intervention de Mickael Pallac – Galette des rois du FN 86

LE FRONT NATIONAL est le seul parti politique qui défend la France et les Français. C’est aussi le seul parti qui parle des valeurs qui nous sont chères : Fraternité, Souveraineté, Egalité, Démocratie, Laïcité….

Mais ces valeurs ont dû mal à exister, à faire écho dans les esprits parce qu’elles ne représentent plus rien pour les jeunes générations. Elles ont été galvaudées, détournées, mal expliquées par une génération d’enseignants socialo-bobo, contaminées par une pensée unique de type soviétoïde ; ils n’ont passé leur temps à discréditer notre histoire et notre culture. L’école humaniste a cédé le pas à l’école humanitaire, où s’est mis en place un processus de déculturation et de déracinement très avancé afin de permettre aux populations extra-européennes de s’intégrer sans aucun effort. Cette population de déracinés, issu de l’Afrique du Moyen et Proche Orient, est devenue depuis plusieurs générations un peuple qui a développé un vocable raciste anti-blanc, anti-chrétien, anti-France ; avec l’aval des associations anti-racistes : la Halde, SOS racisme, MRAP etc…

La valeur actuelle défendue est le migrant.

Comment pouvons-nous mieux accueillir les migrants ?

Comment pouvons-nous mieux l’intégrer ?

Le migrant est le produit de la mondialisation, de l’effacement des nations voulu par les grandes multinationales et les européistes convaincus. Ces migrants, la plupart portent ou porteront en eux les germes du fascisme islamique quand ils verront que les lois du Coran sont trop religieuses pour être modernes et la modernité trop démocratique pour être islamique. Mais notre société est tellement balkanisée, racialisée où l’homme blanc est devenu de trop car il leur rappelle trop de chose : il est l’élément nuisible de leur propre histoire. Cette société française actuelle est pour eux une aubaine, un mas de cocagne, une grande surface : « un pays, c’est un hôtel » disait Jacques Attali. Il partage avec d’autres pseudo-intellectuels la même idée sur l’inutilité des nations, sur la négation de la communauté nationale.

Non un pays, n’est ni un hôtel, ni un centre commercial, ni une entreprise, ni un hall de gare, ni un hôpital, ni un distributeur automatique de billets : c’est un lieu familier qui doit être constamment entretenu et où l’on frappe avant d’entrer, où l’on respecte des règles préalables, où l’on impose pas ses envies, où l’on ne vient pas pour se faire servir, et encore moins pour y chasser l’hôte….

Non la mondialisation n’est pas heureuse,

Non, l’immigration n’est plus une chance pour la France

Non, le modèle sociale français n’est plus exemplaire

Non, l’intégration ne fonctionne pas convenablement

Non, l’islam n’est pas une religion de paix et de tolérance ;

Non, l’Islam n’a pas sa place en France et en Europe

Non, nous n’avons pas honte de notre histoire, de notre passé,

Le combat ne fait que commencer. Nous n’avons plus à faire à une migration économique mais plutôt à une migration de peuplement minimisée officiellement par les autorités et les associations. Nous devons reformer une communauté nationale soudée et faire face à cette invasion religieuse et identitaire. Nous devons nous rassembler derrière le drapeau français, derrière la bannière frontiste pour relever la tête. L’arrêt de l’immigration est un enjeu crucial pour le devenir de notre peuple.

L’extrême gauche n’a pas d’avenir, la macronie n’a pas d’avenir : elle n’est qu’une illusion de verbes et de mots brassés par un rhéteur. Les faits une fois de plus donneront raisons au FRONT NATIONAL. Il est le parti de l’avenir.

Mickael Pallac

Délégué 2 ème circonscription

Sud Vienne 86

Lien Permanent pour cet article : http://www.frontnational86.fr/intervention-de-mickael-pallac-galette-des-rois-du-fn-86/