«

»

Le Front national peut-il faire une percée aux municipales?

Marine Le Pen sera mardi dans un département où son parti souhaite
confirmer son implantation.

800x600_143207

Objectif: 10% à Poitiers et 20% à Châtellerault.

Annoncée dans la Vienne, la présidente du Front national se lancera mardi à la conquête de l’Ouest, cette grande région dont l’électorat traditionnellement chrétien et culturellement modéré a longtemps résisté aux thèses extrémistes de son parti.

Localement, le contexte est plutôt favorable. A Poitiers où le FN n’avait jamais encore constitué de liste pour les élections municipales, Marine Le Pen a permis au mouvement de dépasser pour la première fois la barre des 10% lors de la présidentielle de 2012.

« Notre objectif est de faire un score à deux chiffres et de provoquer une triangulaire, annonce Alain Verdin, le candidat « Bleu Marine » à Poitiers.

Si j’en crois l’accueil qui nous est réservé sur le terrain, on devrait faire un très bon résultat. Sur les 35.000 questionnaires déjà distribués de la main à la main, nous n’avons peut-être eu que 1% de refus et environ 300 réponses pour me rencontrer. Je suis même surpris du très bon contact avec les gens. »

Sentiment partagé par Éric Audebert, tête de liste à Châtellerault, qui a déjà réalisé une performance en 1995 en obtenant 8% des suffrages: « Je pense qu’on va faire un carton, au moins 20%! Les gens nous disent tous d’y aller, même des électeurs socialistes. Avant, on nous faisait des petites réflexions, mais ça a changé. »
Pour le politologue Dominique Breillat, les municipales ne sont pourtant pas le scrutin le plus facile pour le FN.

« Dans la Vienne, le parti obtient ses meilleurs résultats dans le Loudunais; globalement, il se distingue davantage en milieu rural qu’en ville où il a du mal à trouver des candidats pour constituer des listes, explique le professeur émérite de droit public. C’est encore plus vrai à Poitiers dont la sociologie de la population a beaucoup évolué depuis les années soixante.

C’est devenu une ville d’enseignants et de fonctionnaires… L’électorat du FN, on le trouve aujourd’hui plus chez les jeunes mais ce sont aussi les jeunes qui sont les moins mobilisés; le résultat dépendra donc beaucoup de la participation. »

La situation est tout à fait différente à Châtellerault où les lepénistes ont déjà fait leur preuve. « C’est une ville ouvrière; or, le monde ouvrier est très tenté par le FN – ce n’est pas un hasard si Marine Le Pen est présente à Hénin-Beaumont –, précise Dominique Breillat. C’est aussi une ville frappée par la crise économique et une ville où l’immigration est plus visible. »

En outre, le candidat solidement implanté localement depuis trente ans pourrait récolter les fruits de son travail de terrain. « Ce qui n’est pas le cas de M. Verdin dont le nom n’est pas connu à Poitiers », ajoute le spécialiste.

Le Front national peut donc tout à fait prétendre flirter avec la barre des 10% à Poitiers pour se maintenir au second tour et avoir des élus. Et il est quasiment assuré de faire encore mieux à Châtellerault où il pourrait être en mesure de faire battre le maire centriste sortant. Dans tous les cas, il devrait confirmer sa capacité de nuisance.

Marine Le Pen à Poitiers le mardi 28 Janvier 2014 – Dernière ligne droite pour les inscriptions

Marine Le Pen sera à Poitiers pour un repas débat à 13H15 – INSCRIVEZ-VOUS nombreux en contactant le responsable Alain Verdin sur le portable ci-contre : 06 65 86 46 86.

Mail : fn86180@gmail.com

Évènement Facebook : https://fr-fr.facebook.com/events/597118430343912/?ref=22FN 86

Lien Permanent pour cet article : http://www.frontnational86.fr/le-front-national-peut-il-faire-une-percee-aux-municipales/