«

»

L’Europe

Le vendredi 16 septembre 2016, s’était ouvert à Bratislava (Slovaquie), le sommet des Vingt-Sept destiné à relancer le projet européen après le Brexit.

Europe%20point%20d'interrogation

Absorbés par cette poule aux œufs d’or, les élites de l’Union européenne, ont essayé en vain de chercher un nouvel élan et à sortir d’une crise autant morale que politique sachant qu’ils sont dans l’incapacité politique de répondre aux inquiétudes des nations qui composent l’Europe.

L’ancien Président de la Commission européenne, Jacques Delors a relevé «la nécessité d’engager un débat existentiel sur la façon dont nous pouvons revenir aux valeurs qui ont fondé l’Europe et même les renforcer face à la montée du nationalisme, du populisme et du sentiment antieuropéen».

Un homme politique de mauvaise foi évidente qui tenterait de nous faire croire qu’il n’y est pour rien dans l’organisation de cette Europe monstrueuse qui ouvre l’appétit des industrielles et paupérise les classes moyennes.

Ses préoccupations rejoignent celles de François Hollande, mais pas celles des Français qui doivent faire face à un coût de la vie de plus en plus élevé,  s’inquiètent de l’avenir de leurs enfants à cause d’un chômage de masse comme la France n’en a jamais connu auparavant.

Pourtant il est bien l’homme qui a voulu cette Europe où l’économie aurait du être au cœur et à l’origine  de notre bien -être, où le chômage n’aurait plus de raison d’augmenter, où les capitaux et les personnes seraient libres d’aller où ils veulent et travailler où ils le souhaitent. Lui qui affirmait il y a plus de dix ans de cela, pour rassurer les Eurosceptiques, que l’Europe ne deviendrait pas un immense Etat Fédéral.

Cette Europe dont les valeurs reposent sur l’argent et le bonheur de quelques un. Cette Europe qui stigmatise les nations au profit des grandes régions afin de diluer le sentiment national, ennemi inconditionnel du libre-échange.

Cette Europe stigmatise et se focalise sur «les gains économiques à court terme» au détriment de la lutte contre le changement climatique, de la santé et la protection des consommateurs, de l’élimination de la pauvreté et de la promotion des droits de l’homme, pour lui opposer «les trois dimensions du développement durable, économique, social et environnemental».

Jacques Delors doit se réveiller bien triste d’avoir raté se projet européen ; mais son égo est tel qu’il ne se remettra jamais en question et n’avouera son erreur historique. Pendant ce temps, les français subissent et paient chèrement  cette erreur, mais jusqu’à quand…. ?

Mickael Pallac
Secrétaire Départemental Adjoint – Vienne Sud
Délégué de Canton 18 Vivonne.

Lien Permanent pour cet article : http://www.frontnational86.fr/leurope/