«

»

Mercredi 21 Mai à 17H30 – Rendez vous avec Gilles Lebreton à la Maison du Peuple pour un meeting de campagne

noname

Je vous rappelle la venue à Poitiers le mercredi 21 mai de notre candidat pour les élections européennes Gilles Lebreton.

Celui-ci tiendra une conférence de presse suivie d’un meeting public salle Thimbault à la Maison du peuple, entrée rue Saint Pau (quartier de la Gibauderie) à partir de 17h30.

 1620798_580285912078733_2383557726164662061_n

Par votre présence, vous contribuez à cette force et à cet effort pour un reveil Patriote.

Voilà pourquoi je compte, au nom de Marine Le Pen, sur votre présence nombreuse

Je vous donne d’ores et déjà rendez-vous mercredi pour venir à la rencontre de Gilles Lebreton, pour notre victoire, pour Marine Le Pen, pour le Front National, et pour la France !

Amitiés patriotes.

 

L’EUROPE AU QUOTIDIEN

 

On nous avait promis le travail, le bonheur, la paix et la prospérité pour tous et pour toujours. Nous avons la crise, le chômage et la pauvreté ; sans oublier une guerre civile aux portes de l’Europe.

Mais ils nous le disent tous les jours : l’espace de l’Union Européenne nous protège des guerres militaires.

Certes, nous sommes en pleine guerre économique, mais la guerre économique, c’est discret, c’est propre, ça se mène en complet veston et avec le sourire. La seule prérogative du combattant de deuxème classe de la guerre économique, pardon, du citoyen lambda encore vaguement électeur, c’est la survie au quotidien.

116747794

C’est d’ailleurs à ça qu’on reconnaît qu’il s’agit bien d’une guerre. Le porte-monnaie est le plus souvent vide, et quand il ne l’est pas, il est rempli de courants d’air : impossible d’avoir de la monnaie sans aller retirer de l’argent au DAB le plus proche. On a beau n’avoir besoin que de 5 euros, il faut quand-même en retirer 20.

Tout ça pour acheter une baguette qui ne coute que 0.90 euros, soit… 6 francs ! Qui, à l’époque de notre monnaie nationale, aurait acheté une baguette à 6 francs ? Pourtant, les chantres de l’Euro et de l’Europe le répétaient à qui voulait bien les croire : « il n’y aura pas de perte de notre pouvoir d’achat ».

« Les cons ! », aurait dit Daladier…

Grâce à l’Europe, tous les citoyens pourront voyager sans changer de monnaie : formidable ! Mais lorsque le porte-monnaie est en berne, comment voyage-t-on ?

Grâce à l’Europe, il n’y a plus de frontières. On peut passer d’un pays à un autre sans contrainte, sans contrôle. C’est la magie de Schengen !

D’ailleurs, les migrants accostant à Lampedusa connaissent tout ça par coeur. Ils savent bien qu’entre l’Italie, pays de transit, et la France, il n’y a qu’une ligne imaginaire, une ligne qui subsiste encore sur les cartes sans doute pour nous donner l’illusion que les nations existent encore un peu, mais une ligne tellement poreuse et illusoire que Lampedusa est devenue l’antichambre de la CAF et de l’AME made in France.

Grâce à l’Europe, tous les citoyens pourront envoyer leurs enfants étudier à l’étranger via le programme ERASMUS.

C’est vrai que les études supérieures ne coûtent pas trop chers et que nos enfants parlent très bien l’anglais, l’allemand encore plus. Il est vrai qu’avec ce programme européen, nos enfants, en plus de suivre des études universitaires, et après avoir tant décrié l’apprentissage (avec la complicité des syndicats enseignants), doivent avoir une chance de trouver du travail.

Les gouvernements UMPS voulaient absolument envoyer toute une classe d’âge à l’université même s’ils savent à peine compter, lire et écrire. TU AS TON BAC MON FILS ! ET MAINTENANT QU’EST-CE QUE L’ON FAIT ?

Grâce à l’Europe et aux accords de libre-échange, il n’y a presque plus de travail en France. Notre main d’œuvre coûte trop cher. Les entreprises délocalisent dans les ex-républiques soviétiques qui ont été rattachées à l’espace économique européen. Là-bas, la main d’œuvre est payée entre 4 et 5 euros de l’heure.

Mais c’est bien pour ces peuples, ils vont pouvoir s’ouvrir aux autres et à la culture occidentale où l’euro règne en maître, et où la seule préoccupation semble être la négation des genres au nom du sacro-saint égalitarisme forcené, où les hommes deviennent des femmes, portent des robes et néanmoins des barbes, et où sait-on jamais, les humains pourront un de ces jours se marier avec les animaux.

Quant au dumping social, c’est bon pour l’Allemagne ; « si c’est bon pour elle », disent nos élites, c’est bon pour notre pays. Mais notre industrie est en berne, nous pouvons seulement leur proposer le dumping allocs-familiales.

Et à cette main d’œuvre  européenne bon marché, se rajoute celle venue d’Afrique, qui alimente les statistiques et occupe les agents des ministères de la justice et de l’intérieur, sans oublier le ministère de la solidarité, car il faut être solidaire avec la terre entière, quand bien même on ne pourrait plus assurer le bien-être de nos compatriotes.

Grâce à cette Europe-là, le monde entier peut venir se faire soigner en France. C’est pratique, et en plus tout est gratuit. Le système est bien fait : puisque l’on paye pour tous, plus personne n’a à débourser le moindre centime.

Ce serait trop bête de ne pas en profiter. Plus personne ne débourse plus rien, sauf le Français, bien entendu ! Lui, il doit payer, et l’Union Européenne se charge de lui rappeler à l’envi en lui imposant la rigueur. Ah ! La France de 2014 a décidément une bien malsaine et curieuse manière de s’approprier l’Humanisme du 18ème siècle !

L’équipe du FN 86

Lien Permanent pour cet article : http://www.frontnational86.fr/mercredi-21-mai-a-17h30-rendez-vous-avec-gilles-lebreton-a-la-maison-du-peuple-pour-un-meeting-de-campagne/