«

»

POITIERS : Le laxisme socialiste sur la sécurité

Alain VERDIN, conseiller municipal et communautaire du Rassemblement Bleu Marine avait à plusieurs reprises dans son programme des élections municipales de mars 2014 attiré l’attention de la population sur l’augmentation des  agressions à Poitiers.

Le Maire de cette commune avait alors repris le candidat frontiste par un communiqué de presse affirmant qu’à « Poitiers il n’y a pas de violences », se conformant ainsi par ce déni partiel au discours officiel tenu par le gouvernement. Or, l’examen objectif des faits vient démentir cette version édulcorée.

emeutebanlieue

On notera en premier lieu l’agression d’un quadragénaire dans la nuit du 10 septembre 2014 alors qu’il se promenait vers 1 heure du matin dans la rue Saint romain de Saint éloi et que, pris pour un policier, il fut sauvagement frappé par une poignée de voyous ; puis il y eut l’incendie criminel du commissariat de police de proximité des Couronneries, opéré par des délinquants à l’aide d’une voiture bélier.

Enfin, l’épisode de l’agression déplorable de ce lundi 19 octobre sus-mentionné à Beaulieu vient illustrer in fine la triste réalité d’un climat largement détérioré dans les quartiers de dernière génération de notre ville.

Devrons nous attendre pour réagir que les caids des cités édictent leur propre loi à Poitiers comme dans les 750 autres zones ciblées par le ministère de l’Intérieur sur notre territoire ?

FNJ-Pas-de-quartier-pour-les-racailles

Les élus frontistes du Conseil Municipal de Poitiers sont les seuls à dénoncer cette violence inouïe entretenue par le laxisme socialiste. Il conviendra de lui opposer une tolérance zéro afin que ces voyous arrogants  cessent de penser pouvoir opérer impunément pour développer  leur fructueux commerce de drogue.

Il est grand temps d’agir ! Les spécialistes de la délinquance des temps modernes, n’hésitent pas à faire un parallèle avec les « charbonneurs », ces vendeurs de drogue des quartiers des grandes métropoles, marquant leur territoire et imposant par la force un « no man’s land » en y interdisant la présence de quiconque susceptible de troubler leur vil commerce à la tombée de la nuit.

Lien Permanent pour cet article : http://www.frontnational86.fr/poitiers-le-laxisme-socialiste-sur-la-securite/