«

»

Réaction à un article de la Nouvelle République

Dans la Nouvelle République du 19 janvier, un article d’une demi-page intitulée « On exacerbe le nationalisme », écrit par M. Claude Lamy habitant à Morée (Loir et Cher), a dû heurter un certain nombre de nos concitoyens confrontés au quotidien à la crise que traverse notre pays. Ce Monsieur Lamy y dénonce « un déferlement de nationalisme » de la part « du monde politique aspirant à gouverner », nationalisme, selon lui, dangereux pour l’avenir de l’humanité.

Utilisant des raccourcis faciles propres aux personnes de mauvaise fois qui se réfèrent aux pires moments de notre histoire pour analyser le présent, il fustige sans vergogne tous les Français patriotes qui  ont compris que l’Europe, l’ouverture de nos frontières à la mondialisation économique et à l’immigration, comme la déliquescence de nos valeurs dans un multiculturalisme débridé, menaient inexorablement notre pays à sa perte.

Croyez bien, Monsieur Lamy, que les travailleurs dont on délocalise les entreprises en Tunisie ou ailleurs, que les petits chefs d’entreprise qu’on écrase sous les charges et qui subissent la concurrence déloyale, que les chômeurs en fin de droits et la jeunesse de notre pays qui n’a d’autre perspective qu’un abonnement à durée indéterminé au pôle emploi, que tous ces gens là, et bien d’autres, n’ont que faire de votre inquiétude sans fondement. Eux, ils sont loin de croire au « progrès considérable amené, comme vous le dites, par la mondialisation qui englobe dans une même économie l’ensemble de la planète ».

Non, monsieur Lamy, le nationalisme ne divise pas, il rassemble les populations d’un même pays autour de valeurs communes transmises par l’histoire, le protectionnisme ne favorise pas la crise économique, il protège les peuples des dangers de la mondialisation, cette énorme machine qui broie les individus et détruit les richesses d’une nation.

Aimer la France, Monsieur Lamy, c’est avant tout vouloir la protéger, c’est avoir le courage de la défendre en repoussant hors de ses frontières une barbarie qui n’est pas celle dont vous parlez mais qui est celle du XXIe siècle. Nous sommes nationalistes et patriotes parce que nous aimons la France et visiblement, à la lecture de vos propos, il est très clair que vous ne l’aimez pas.

 

Thérèse

Lien Permanent pour cet article : http://www.frontnational86.fr/reaction-a-un-article-de-la-nouvelle-republique/