«

»

Soixante-six licenciements jugés sans cause réelle chez Aubade

jugementLes 66 ex-salariés de la société Aubade (groupe Calida) à Saint-Savin (Vienne) qui contestaient le bien fondé de leur licenciement fin 2009 ont obtenu gain de cause mercredi devant la cour d’appel de Poitiers.

Dans son arrêt, la chambre sociale de la cour juge que les licenciements par le groupe suisse Calida, qui avait repris la société de confection de lingerie fine, étaient « sans cause réelle ni sérieuse ». Elle a accordé aux intéressés des dommages et intérêts allant de 13.000 à 55.000 euros selon l’ancienneté, soit environ 2 millions d’euros au total.

Sur les 101 licenciés, dont une grande majorité de femmes, 66 avaient saisi le Conseil des prud’hommes de Poitiers, estimant que le groupe bénéficiaire avait les moyens de soutenir sa filiale et que les licenciements ne répondaient qu’à une stratégie « boursière ».

Ils avaient été déboutés en janvier 2012.

Aubade comptait plus de 470 salariés en France au moment du rachat en 2005 par Calida, qui a depuis délocalisé la production en Tunisie.

Ségolène Royal, la présidente socialiste de Poitou-Charentes qui a soutenu les salariés et avait proposé de participer financièrement à la création d’une coopérative ouvrière, s’est félicitée de ce jugement.

« Cette décision de justice démontre qu’une loi contre les licenciements boursiers et financiers est indispensable pour empêcher des comportements désastreux et permettre la reprise d’outils de production, rentables par d’autres entrepreneurs ou par une SCOP », déclare-t-elle dans un communiqué.

Publié sur Boulevard Voltaire – Claude Canellas, édité par Gérard Bon

Lien Permanent pour cet article : http://www.frontnational86.fr/soixante-six-licenciements-juges-sans-cause-reelle-chez-aubade/